Benjamin Stora et Sébastien Vassant récompensés pour Histoire dessinée de la guerre d'Algérie.

 
Sébastien Vassant, Histoire dessinée de la guerre d'Algérie

Sébastien Vassant, Histoire dessinée de la guerre d'Algérie (Seuil)

Pour sa première édition, le "Prix étudiant de la BD Politique" récompense l'historien Benjamin Stora et le dessinateur Sébastien Vassant pour leur bande dessinée Histoire dessinée de la guerre d'Algérie (Seuil). Le livre retrace en textes et en images les moments-clés de cette guerre longtemps restée "sans nom", avec ses épisodes majeurs et ses acteurs principaux, français comme algériens.
Organisé par Lire La Politique et France Culture, le "Prix étudiant de la BD Politique" a été remis lors de la 26e Journée du Livre Politique, à l’Assemblée nationale, samedi 4 mars 2017.

Entretien avec Benjamin Stora

Benjamin Stora portrait

benjamin stora

Comment est né le projet de cette bande dessinée ?

Benjamin Stora : Après le succès du petit livre, La guerre d’Algérie expliquée à tous, paru en 2012, les éditions du Seuil ont voulu poursuivre ce moyen de transmission d’une histoire, ouverte au plus grand nombre. La bande dessinée connaît en effet un succès grandissant, notamment dans les jeunes générations. Et Severine Nikel, l’éditrice, m’a proposé de poursuivre cette tentative. J’avais déjà travaillé sur les images, dans les films de fiction comme conseiller historique dans Indochine de Regis Wargnier en 1993, Les hommes libres d’Ismael Ferrouki en 2010, ou Le premier homme, de Gianni Amelio, en 2012 (adapté du roman d’Albert Camus). J’avais aussi été auteur de plusieurs documentaires, comme les Années algériennes (1991), Notre histoire, ou La déchirure en 2012. Mais jamais comme auteur d’une bande dessinée. C’était un nouveau défi dans le registre large et difficile des représentations, que j’ai accepté après avoir longuement hésité. Ce travail d’écriture a duré plusieurs mois, avec plusieurs va et vient entre le dessinateur, Sébastien Vassart et moi. Pour adapter sans cesse le texte aux nécessités du scénario, aux dialogues.

Qu'est-ce que le média bande dessinée apporte à un historien ?

Avec la bande dessinée, nous ne sommes pas dans l’image animée de la fiction ou du documentaire ; ni dans l’image fixe de la photographie. C’est autre chose. Nous sommes au plus près de la réalité des faits et des personnages, mais aussi dans l’univers de la re-création, de l’invention. Avec grand talent, Sébastien Vassant a su reconstituer les décors et les couleurs un peu jaunies de l’époque des années cinquante, et l’arrivée des années soixante, leur modernité. Montrer, en imaginant le déclenchement du 1er novembre par des silhouettes d’hommes en armes du FLN le long de crêtes des Aurès ; ou le drame des pieds-noirs au moment de la fusillade de la rue d’Isly à Alger le 26 mars 1962. Nous avons aussi mis en scène des personnes appartenant à différentes communautés, qui s’interrogent et dialoguent autour d’événements angoissants, au moment de la "bataille d’Alger" en 1957, ou des manifestations algériennes de décembre 1960.

Pourquoi la guerre d’Algérie se prête bien à la bande dessinée ?

La guerre d’Algérie se prête bien à ce genre d’exercice, parce qu’elle se découpe en deux séquences bien délimitées. Entre 1954 et 1958, la guerre décidée sous la IVe République, avec la gauche au pouvoir, et les figures principales de Guy Mollet et François Mitterrand ; et entre 1958 et 1962, avec le personnage central de Charles De Gaulle. Les personnages algériens qui traversent toutes ces périodes, comme Ahmed Ben Bella, Ferhat Abbas ou Messali Hadj sont également représentés. Mais la guerre d’Algérie est complexe car il ne s’agit pas seulement d’une guerre de décolonisation, menant à l’indépendance de l’Algérie. Ce sont également des guerres civiles, opposant entre eux, à l’intérieur de chaque camp, des Français et des Algériens. Nous avons pour cela montré des situations de violence, mais aussi des documents, tracts, affiches, journaux pour évoquer le massacres de Melouza commis par une unité de l’ALN en mai 1957, ou les exactions de l’OAS perpétrées en fin de guerre d’Algérie. Mais aussi, les cas de conscience vécus par les soldats, les appelés, confrontés à une guerre cruelle, longtemps restée sans nom.

Histoire dessinée de la guerre d'Algérie
de Benjamin Stora et Sébastien Vassant
Editions du Seuil. 192 pages. 24 €
Version numérique : 16.99 €

En savoir plus sur la remise du prix