Le Palais de la Porte Dorée a rénové ses abords. L’artiste-botaniste Liliana Motta a voulu réhabiliter des plantes d’autres continents, accusés d’être “invasives”, en mettant en avant leurs qualités ornementales, médicinales, alimentaires : genêts, clématites, poivriers côtoient des végétaux plus rares à découvrir dans ce nouveau jardin.

Imaginé par l’artiste botaniste Liliana Motta, le nouveau jardin du Palais de la Porte Dorée comporte près de 130 variétés de plantes venues des quatre coins du monde.

Il est en écho au lieu : le Palais construit pour l’exposition coloniale internationale de 1931, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et l’Aquarium tropical. Plantes asiatiques, américaines ou africaines, parvenues fortuitement en France ou rapportées par des naturalistes dès le début du 16e siècle, toutes ont été choisies pour leurs origines lointaines.

Liliana Motta a privilégié des "espèces étrangères" venant du monde entier et qui sont le fruit d’échanges commerciaux ou de migrations humaines. Le jardin est composé notamment de végétaux dits "invasifs", les "mauvaises herbes" comme les appellent couramment les jardiniers. Liliana Motta s’est spécialisée dans l’utilisation de ces plantes parfois décrites par les scientifiques comme "peste végétale", dangereuses pour l’écosystème où elles se développent. En utilisant largement ces végétaux dans ses créations, elle veut aller à l’encontre de cette vision, réfutant l’argument que toutes ces plantes font systématiquement courir un péril écologique et qu'elles sont dénuées d’intérêt. Au contraire l’étude de ces plantes permet de saisir une partie de l’histoire du lieu où elles se trouvent et par extension l’histoire des personnes qui vivent près de ces plantes. En effet, la plupart d'entre elles ont été amenées, volontairement ou non, par le mouvement des personnes entre les pays et donc aussi par l’immigration (comme par exemple le raifort importé par l’immigration polonaise dans le Nord de la France.)

L’idée de ce jardin est d’être avant tout un outil pédagogique pour les visiteurs, non seulement en découvrant des espèces végétales, mais aussi en les conduisant à s’interroger sur les questions : de migrations des hommes, d’échanges entre les cultures, de la richesse créée par la diversité. Ainsi le jardin se présente tout simplement comme une introduction au discours présenté par la Cité dans ces expositions.

Liliana Motta présente le jardin

 

Voir aussi :
Focus sur les plantes du Palais
Le blog des plantes du Jardin

Liliana Motta
Artiste botaniste paysagiste diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Liliana Motta est professeur à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles. Elle collabore régulièrement avec l’architecte Patrick Bouchain, qui a eu en charge la rénovation du Palais de la Porte Dorée.
"Mon histoire est celle de quelqu’un qui n’est pas chez lui et qui cherche à avoir aussi comme les autres ses racines. C’est la rencontre avec une plante qui m’a permis de faire le lien manquant entre moi et les autres. (...) Ma famille d’adoption est une famille botanique, les Polygonacées, je collectionne plus précisément le genre Polygonum" (Liliana Motta in Musica Falsa n°18).