D’allure monumentale et solennelle, Le Forum, ancienne Salle des fêtes, constitue le cœur du bâtiment. D’une hauteur de plafond de 27 mètres et d’une superficie de 900 mètres carrés, elle était pendant l'exposition internationale un lieu de célébration de la politique coloniale, de réceptions officielles et de spectacles.

S’inspirant de l’architecture des palais du Maghreb, Albert Laprade a conçu une salle carrée, entourée d’une galerie. Un magnifique plafond à gradins filtre la lumière sans en révéler l’origine. Cette structure, inspirée de l’architecture des pagodes asiatiques, est la seule source de lumière naturelle.

Les murs de la salle ont été entièrement décorés de fresques réalisées par Pierre Ducos de la Haille (1886-1972) et ses élèves de l’école des Beaux-Arts. Spécialisé dans l’art monumental, cet artiste a conçu un ensemble iconographique illustrant le rayonnement de la France dans le monde. Celui-ci répondait aux bas-reliefs extérieurs de Janniot, consacrés aux apports économiques des colonies à la France. Utilisant des tons chauds ainsi qu’une profusion d’éléments végétaux et de caravelles - détail qui lui fut reproché car soulignant trop l’aspect économique de l’entreprise coloniale -, Pierre Ducos de la Haille a réalisé un ensemble de figures aux corps allongés, aux musculatures sculpturales, en harmonie avec le style des fresques monumentales en plein essor dans les années 30.

En savoir plus sur les fresques

L’espace central est actuellement recouvert d’un plancher de bois, mais à l’origine, il fallait descendre quelques marches pour arriver sur un sol de mosaïques aux dessins plus sobres reprenant des motifs dogons ou indien comme la Svastika, symbole solaire récupéré plus tard par le régime nazi qui en fit son emblème.

Les mosaïques du sol de la galerie entourant la salle ont été réalisées dans la lignée de céramistes tels qu’Emile Muller et Alexandre Bigot qui s’étaient illustrés lors des Expositions universelles de 1889 et 1890 et sur les façades d’immeubles parisiens. Les thèmes de ces motifs sont empruntés à la mythologie de l’Afrique et de l’Asie : silhouettes dansantes de guerriers casqués, éléphants bouddhiques, dragon-serpent, cercles de feu de Vishnu, signes de longévités, dragons et paons qui décorent les tapis de l'Annam.