"J'ai ouvert le chemin"

Nous avons appris le décès de José Baptista de Matos ce dimanche 1er juillet 2018.

José Baptista de Matos

José Baptista de Matos © Atelier du Bruit

José Baptista de Matos fut l'une des premières personnes à avoir accepté le principe d'une présentation de moments de leur vie au Musée.

"Prenez tout ce que vous voulez, c'est à vous de voir, moi j'aimerais bien que tout cela entre dans l'histoire", avait-il répondu au Musée.

Né en 1934 dans le village portugais d'Alcanadas, fils de mineur, il arrive en France en 1963 et s'installe dans le bidonville de Champigny. En 1965, il emménage à Fontenay-sous- Bois où viennent le rejoindre sa femme et ses deux enfants. Pendant 30 ans, il participe à la construction de plus de 20 stations de métro et de RER à Paris.

"En 63, 64 j’ai fait le prolongement de la ligne n°1, j’ai fait Etoile, Porte d’Italie jusqu’à Villejuif, j’ai fait Torcy… J’ai été à Gare Saint Lazare, à Hôtel de Ville. C’est moi qui ai commandé à Clémenceau..."

À revoir : La pierre du métro

baptista de matos_pierre

José Batista de Matos présente sa “pierre-trophée” trouvée lors de la réalisation de la station Charles de Gaule. Cette pierre à laquelle il a ajouté des morceaux de carrelages des couloirs de métro, constitue pour lui le témoignage de sa contribution au développement économique de la France.

Voir le témoignage

Pour aller plus loin :
Article "La “pierre-trophée d'un guerrier du métro” Baptista de Matos", Fabrice Grognet, Hommes & Migrations, n°1274, 2008, pp.156-160.